Les Fondamentaux du tennis

Les Fondamentaux du tennis

J’ai essayé de vous lister ici les fondamentaux du tennis dont vous devez avoir connaissance avant de vous lancer dans tout pari sportif sur le tennis. Il est difficile de classer ces rubriques par importance, c’est la prise en compte de tous ces critères qui vous permettront d’éviter de tomber dans les principaux pièges du tennis et du circuit ATP.

 

 

  • Pariez uniquement sur le circuit ATP

Ne vous aventurez pas sur les deux circuits (ATP & WTA)

Privilégiez le circuit ATP.

Le circuit WTA est très agréable à regarder mais il faut absolument s’abstenir de parier sur ce circuit.

Pourquoi ?

Les joueuses du top 100 féminin sont moins régulières que les joueurs du top 100 masculin ce qui rend le circuit WTA plus aléatoire que le circuit ATP.

Tout d’abord, au niveau du physique, les joueuses font des services moins puissants que leurs homologues masculins.

Ainsi elles perdent plus facilement leurs services. Il est régulier de voir des matchs où les « break » et les « debreak » s’enchaînent faisant basculer la rencontre d’une joueuse à l’autre.

Par ailleurs, les meilleures joueuses ont tendance également à faire plus de contre-performance que leurs homologues masculins.

 

  • Le classement ATP versus le classement ATP RACE

Beaucoup de parieurs débutants/intermédiaires font l’erreur de s’appuyer principalement sur le classement officiel ATP généralement utilisé sur les sites tels que FlashResultats.fr, l’Equipe et autres…

Vous devez savoir que le classement de l’ATP est un classement qui est basé sur les résultats des 52 dernières semaines qui intègrent les points gagnés sur les tournois du Grand Chelem, les masters 1000, les series ATP 500, les series ATP 250, les challengers et autres tournois futures.

Or, il s’avère que l’ATP Race est plus pertinent.

En effet, le classement ATP Race est un classement qui est basé sur l’année civile en cours [soit du 1er janvier au 31 décembre] qui permet d’avoir une meilleur visibilité sur la forme actuelle du joueur.

Ainsi vous pourrez facilement constater par l’intermédiaire du classement ATP race, les joueurs réellement en forme sur l’année en cours, les joueurs actuellement absents du circuit et distinguer ceux en nette progression sur l’année en cours.

Un joueur peut être classé 50ème sur le classement ATP officiel grâce à ses résultats sur l’année N-1 et être classé dans le TOP 10 sur le classement ATP race car il réalise un très bon début de saison.

Vous pouvez avoir accès à l’ATP Race via cette adresse web :

https://www.leblogdutennis.fr/atp-race

 

A partir du Live ATP Race en début d’année,

Nous vous recommandons de faire des tableaux de variations sous un fichier Excel à chaque fin de mois pour distinguer les fortes progressions de joueurs ou les joueurs commençant à être sur le déclin.

Ce suivi vous permettra d’avoir une visibilité sur l’évolution des joueurs,

et, cela vous évitera de perdre des paris sur le long terme.

Exemple : un favori qui perdrait contre un joueur en pleine évolution que vous n’auriez pas identifier

Il est certes chronophage de faire ces analyses mais c’est le seul moyen d’identifier soit-même les variations de classement significatives des joueurs, à savoir les joueurs en pleine évolution ascendantes ou les joueurs en pleine évolution descendante.

Comment fonctionne le système de point du classement Live ATP Race  ?

Le système de point est plutôt simple.

Les joueurs ont cumulé des points l’année précédente en fonction de leur résultat (Victoire, Finale, Demi-finale…).

Les joueurs doivent au moins faire aussi bien que l’année précédente.

A défaut, les joueurs se voient retirer des points d’où la notion de points à défendre.

Les joueurs vont en général donner de l’importance aux tournois sur lesquels ils ont performés l’année précédente.

En conséquence, ils vont donner forcément plus d’importance aux tournois leur permettant de gagner ou conserver le plus de points possible.

Nous vous invitons donc systématiquement avant toute prise de pari sur un match à vérifier le tableau et les résultats de l’année précédente.

Vous constaterez rapidement que cette vérification aura un réel impact sur le résultat de vos paris sportifs ATP.

ATP 250 ATP 500 ATP 1000 Grand Chelem
Victoire 250 500 1000 2000
Finale 150 300 600 1200
Demi-finale 90 180 360 720
1/4 de finale 45 90 180 360
1/8 de finale 20 45 90 180
1/16 de finale 10 20 45 90
1/32 de finale 0 0 25 45
1er tour 0 0 10 10
Qualifications 12 20 25 25

 

  • Le classement ELO

« Le principe de base du classement Elo est de donner un nombre de points à la hauteur du challenge : si j’affronte un adversaire objectivement plus fort que moi et que je perds, mon classement ne diminuera pas beaucoup (et le sien montera peu). Par contre, si je gagne, ma victoire sera récompensée à la hauteur de l’exploit, et mon classement augmentera d’un grand nombre de points.

La raison d’être du classement Elo est de fournir un moyen de prédire l’issue d’un match, ou du moins, de donner l’espérance de gain du challenger (0 : défaite ; 0.5 : match nul, 1 : victoire). Si deux joueurs A et B ont respectivement un classement CA et CB, l’espérance de gain du joueur A sera donnée par f(CA-CB), où f est une fonction de répartition (dans le cas des échecs, on prend la loi logistique). Concrètement, si A et B ont un score proche, l’espérance de gain sera proche de 0.5 (un match nul) ; tandis que plus les scores sont éloignés, plus l’espérance de gain confortera le favori.

La fonction répartition de la loi logistique (de paramètre 400) utilisée pour le classement Elo de la FIDE.
Pour un écart de -300, l’espérance est de 0.15.

Exemple : Si un joueur amateur A (CA = 1400) affronte un très bon joueur B (CB=1700), la probabilité de gain est de f(1400-1700) = 0.15. Autrement dit, notre joueur A a peu de chances de gagner… Mais si A gagne effectivement contre B, c’est que l’espérance – et donc le classement Elo des joueurs – ne coïncide pas exactement avec la réalité des faits : il faut les actualiser ! Une victoire augmente le classement Elo, le nombre de points en plus dépendant de la différence de niveau entre les joueurs : plus elle est importante, plus le challenger pourra gagner de points.

Pour cela, on utilise la méthode incrémentale. À l’issue du match, le nombre de points du joueur A augmentera de :

K×[SA-f(CA-CB)]
SA est le score de A lors du match (1 pour une victoire, 0.5 pour un march nul, 0 pour une défaite)
K est le coefficient de développement. Plus K est grand, plus le classement évolue vite.

Dans le cas particulier des échecs, le coefficient K vaut 25 (joueurs débutants, moins de 30 matchs), 15 (joueurs confirmés, C≤ 2400) ou 10 (joueurs experts, C> 2400). De plus, pour éviter les matchs trop déséquilibrés, la différence CA-CB est plafonnée à ± 400.

Reprenons l’exemple plus haut : CA = 1400, CB=1700, K=15 et f(1400-1700) = 0.15.

Après le match, le classement de A sera :
– Si A gagne : 15×[1 – 0.15] = + 12.75
– Si match nul : 15×[0.5 – 0.15] = + 5.25
– Si A perd : 15×[0 – 0.15] = -2.25
Le classement de B évoluera dans le sens opposé.

Il reste le problème du classement des joueurs non encore classés.

La plupart des fédérations résolvent le problème en utilisant la méthode de l’adversaire moyen, qui se base sur le principe suivant : si je fais match nul contre des joueurs de classement 1500, c’est que mon classement est 1500. »

(Source : http://eljjdx.canalblog.com/archives/2013/06/15/27436878.html)

  • Les joueurs

Il faut prendre en compte les avantages/défauts physiques du joueur.

Ils peuvent être grands, petits, minces, légèrement enrobés, jeunes, moins jeunes. Il est primordial de prendre en compte tous ces différents critères dans vos pronostics.

Certains l’oublient mais la morphologie des joueurs a un rôle prépondérant dans le cadre de vos pronostics.

Les joueurs de grande taille comme John Isner (2,08m)  peuvent gagner des matchs avec des grosses premières balles sur des surfaces dures mais ce type de joueur va se retrouver en difficulté contre des attaquants-défenseurs , de qualité  de taille moyenne sur des surfaces moins rapides.

Vous pourrez le constater d’ailleurs par vous-mêmes,

les N°1 mondiaux  de ces vingt dernières années (Federer-Nadal-Djokovic-Roddick-Kuerten-Rafter-Rios-Agassi-Sampras-Rios-Mac Enroe-Borg-Connors) sont tous de taille moyenne proche des 1m85.

Les meilleurs joueurs dépassent rarement les 1m90/1m95.

Andy Murray et Boris Becker font figures d’exceptions avec des tailles avoisinant les 1m90. (1m91 pour le premier et 1m90 pour le second)

Vous devrez toujours prendre en compte la morphologie du joueur que vous comptez parier et surtout prendre en compte celle de l’adversaire et la comparer.

  • Les différentes catégories de joueurs

J’ai essayé de vous répartir les joueurs en 3 catégories.

-les serveurs-volleyeurs : il s’agit des joueurs disposant d’une rapide première balle qui se précipitent à la volée cherchant généralement à finir rapidement le point. Ces joueurs ont en général certaines lacunes dans leur jeu de tennis, ils ont souvent du mal à tenir l’échange. (quelques exemples: Muller-Karlovic-Mahut)

-les attaquants-défenseurs : il s’agit des joueurs disposant globalement de l’ensemble des qualités nécessaires au plus haut niveau, ils peuvent attaquer, défendre, ces joueurs vont jouer plutôt fond de cour et vont lancer leur attaque à la moindre opportunité donné par le joueur adverse. (exemple : Nadal, Djokovic, Murray). Les meilleurs joueurs du circuit sont en général des attaquants-défenseurs.

-les défenseurs : il s’agit des joueurs qui n’ont pas de coups percutants, ils ne vont pas spécialement attaquer, mais plutôt renvoyer des longs échanges en cherchant la faute directe de l’adversaire. (exemple : Simon, Goffin, Carreno Busta). Cette typologie de joueur est généralement trop passive pour gagner des tournois de prestige.

Attention, les joueurs peuvent s’améliorer d’une année à l’autre, ou, à l’inverse, peuvent commencer à régresser.

Les plus jeunes joueurs vont avoir tendance à progresser et les joueurs en fin de carrière peuvent se retrouver moins percutants dans les échanges, moins rapides dans leur déplacement.

Exemple : A titre d’exemple, en 2015 un joueur comme Raonic était seulement un gros serveur, mais son jeu restait incomplet, il n’était pas à l’aise en revers, il avait beaucoup de mal à retourner correctement sur des gros serveurs. Le joueur a travaillé pour remédier à ses lacunes et en l’espace d’une année, c’est devenu un joueur très complet.

  • Les statistiques

Les statistiques du tennis sont nombreuses, vous trouverez en dernière partie les différents sites permettant de récupérer les principales statistiques sur les joueurs et sur les matchs dont vous aurez besoin.

Je juge utile de vous faire un focus sur deux statistiques importantes qui peuvent être un bon indicateur sur la forme actuelle d’un joueur.

Il s’avère que ces statistiques sont très peu relayées sur l’ensemble des sites disponibles consacrés au tennis (sites officiels ou sites non officiels).

En général, il est possible de récupérer ces statistiques à la fin des matchs ou sur les sites des évenements qui ont pour habitude de relayer les statistiques des matchs (Masters 1000 ou Matchs du Grand Chelem)

Unforced error : point perdu parce que le joueur a commis une erreur dans une situation où il devait avoir le plein contrôle. Par exemple, il est entré en contact avec la balle sur la mauvaise partie de la raquette ou alors il a eu un mauvais timing (par exemple, il a frappé la balle trop tôt). L’une des erreurs non forcées les plus courantes est la double faute au service.

Forced error : l’erreur forcée est un point perdu parce qu’un  un joueur frappe un bon coup, mettant l’adversaire dans une position serrée. Par exemple, des tirs soigneusement inclinés, des tirs tombants ou un changement brusque de rythme peuvent entraîner des erreurs forcées. Dans ces situations, le receveur peut avoir à bousculer la balle, à se déséquilibrer ou à effectuer un coup de retour dans le filet. Étant donné que l’erreur était due à un superbe tir de l’adversaire, elle sera considérée comme une erreur forcée.

 Les types de surfaces

Je ne vais peut-être rien apprendre aux pronostiqueurs et parieurs confirmés, mais pour les autres sachez que les différentes surfaces changent du tout au tout d’une surface à l’autre.

Je vais donc m’adresser aux non pratiquants.

Il existe 3 types de surfaces :

-la terre battue (clay)

-le dur (hard)

-le gazon (grass)

La terre battue est la surface la plus lente, et le gazon est la surface la plus rapide.

Les rebonds sont plus bas sur le gazon et plus élevés sur le dur.

Sachez qu’un joueur X peut battre un joueur Y sur terre battue. Et ce même joueur Y pourra vaincre le joueur X sur dur.

En général, il faut savoir que les joueurs sont toujours plus forts sur les surfaces auxquels ils ont évolués pendant leur jeunesse.

Bien que les joueurs du circuit ATP sont amenés à jouer sur la totalité des trois surfaces, il est facile de remarquer qu’un grand nombre d’entre eux s’investissent principalement sur les surfaces où ils savent qu’ils peuvent performer et vont délaisser la surface où ils sont le moins à l’aise.

Sans faire de généralité, vous pourrez remarquer que les espagnols, les argentins sont en général plus à l’aise sur Terre battue.

Les américains, les australiens sont eux plutôt avantagés sur des surfaces dures.

Abordons maintenant la spécificité des surfaces.

Attention, outres les différents types de surfaces, toutes les surfaces ne sont pas identiques.

Certaines surfaces dures sont plus rapides que d’autres et vont par exemple avantager les gros serveurs ou les serveurs volleyeurs.

Il est important de savoir comment les joueurs jugent la surface à l’entame des tournois, les surfaces peuvent également changer d’une année à l’autre, le premier tour peut permettre parfois de se faire une idée sur la surface notamment si celle-ci a été refaite.

Les surfaces dures en indoor (greenset-parquet) vont être souvent plus rapides que des surfaces dures outdoor.

Il est connu que l’US open est une surface dure plus rapide que la surface dure de l’open d’Australie.

En 2016, la terre battue de Rolland Garros était la même que celle utilisée à Madrid, Rome et Monte-Carlo, c’est le même prestataire qui a pris en charge la refonte de ces surfaces cette même année.

Vous pourriez penser que le jeu et le flottement de balle a été similaire  sur ces trois tournois.

Détrompez-vous, vous devez savoir  les spécificités de chaque tournoi.

Pour exemple, Madrid est situé en altitude à 700 mètres , la pression atmosphérique étant plus faible,  il y a moins d’oxygène dans l’air, la balle  y est plus rapide car les frottements à l’air  diminuent, les balles sont par conséquent plus rapides sur les services, il y a donc ici un réel avantage pour les gros serveurs.

Nadal a d’ailleurs déjà communiqué dans une interview à ce sujet : “L’altitude (700m) change tout ici. Madrid est le tournoi sur terre où il est le plus dur de s’adapter, de bien contrôler la balle.”

Autre point également qui pourrait vous servir,

il n’est jamais évident de passer d’une surface à l’autre.

Si un joueur  a passé une quinzaine à jouer sur du gazon et doit enchaîner avec un tournoi en en dur contre un joueur qualifié et motivé.

C’est assez fréquent que le joueur favori perde la rencontre. Il n’aura pas eu le temps de se préparer et de s’entraîner sur cette nouvelle surface.

Si vous n’avez jamais fait de tennis, faites-vous même l’essai sur ces terrains, vous constaterez par vous-mêmes les différences.

Accès réservé aux membres ayant souscrit au contenu VIP
Pour bénéficier du contenu VIP,vous pouvez vous inscrire gratuitement en cliquant ici