Les fondamentaux du circuit ATP

Les fondamentaux du circuit ATP

Découvrez les fondamentaux du circuit ATP à connaître pour parier sur le circuit ATP .

Les fondamentaux du circuit ATP que vous devez appréhender avant de parier ou pronostiquer sur le tennis ATP. Nous avons essayé de vous lister ici les fondamentaux du du circuit ATP dont vous devez avoir connaissance avant de vous lancer dans tout pari sportif sur le tennis. Il est difficile de classer ces rubriques par importance, c’est la prise en compte de tous ces critères qui vous permettront d’éviter de tomber dans les pièges du circuit ATP.

 

les fondamentaux du circuit ATP

 

 

  • Pariez uniquement sur le circuit ATP

Vous ne devez pas vous aventurer sur le circuit WTA.

J’insiste, focalisez-vous uniquement sur le circuit ATP.

Il n’y a pas quelconque machisme dans ces propos, le circuit WTA est très agréable à regarder et à suivre mais il faut absolument s’abstenir de parier sur ce circuit.

Pourquoi ?

Les joueuses du top 100 féminin sont moins régulières que le top 100 masculin ce qui fait que le circuit WTA est plus aléatoire que le circuit ATP.

Tout d’abord, au niveau du physique, les joueuses font des services moins puissants que leurs homologues masculins.

Ainsi elles perdent plus facilement leurs services. Il est régulier de voir des matchs où les « break » et les « debreak » s’enchaînent faisant basculer la rencontre d’une joueuse à l’autre.

Au niveau du mental, les joueuses sont également plus émotives que leurs homologues masculins, il n’est pas rare de voir des joueuses perdre pied sur le terrain et tomber en pleure sur les terrains.

  • Le classement ATP versus le classement  ATP RACE

Beaucoup de parieurs débutants/intermédiaires font l’erreur de s’appuyer principalement sur le classement officiel ATP généralement utilisé sur les sites tels que FlashResultats.fr, l’Equipe et autres…

Vous devez savoir que le classement de l’ATP est un classement qui est basé sur les résultats des 52 dernières semaines qui intègrent les points gagnés sur les tournois du Grand Chelem, les masters 1000, les series ATP 500, les series ATP 250, les challengers et autres tournois futures.

L’ATP Race est beaucoup plus pertinent. Je vous conseille de vous appuyer essentiellement dessus.

En effet, le classement ATP Race un classement qui est basé sur l’année civile en cours [soit du 1er janvier – 31 décembre] qui permet d’avoir une meilleur visibilité sur la forme actuelle du joueur.

Ainsi vous pourrez facilement constater par l’intermédiaire du classement ATP race, les joueurs réellement en forme sur l’année en cours, les joueurs actuellement absents du circuit et distinguer ceux en nette progression sur l’année en cours.

Un joueur peut être classé 50ème sur le classement ATP officiel grâce à ses résultats sur l’année N-1 et être classé dans le TOP 10 sur le classement ATP race car il réalise un très bon début de saison.

Mon petit conseil personnel, à partir de l’ATP Race en début d’année, faites-vous des variations sous Excel à chaque fin de trimestre pour distinguer les fortes progressions de joueurs ou les joueurs commençant à être sur le déclin. Ce suivi vous permettra d’avoir une visilibité sur l’évolution des joueurs et cela vous évitera de perdre des paris sur le long terme. (ex : favori qui perd contre un joueur en pleine évolution que vous n’auriez pas identifier sans faire cette analyse)

Pour rappel vous pouvez avoir accès à l’ATP Race  via notre page : https://leblogdutennis.fr/atp-race/

 

  • Les joueurs

Il faut prendre en compte les avantages/défauts physiques du joueur.

Ils peuvent être grands, petits, minces, légèrement enrobés, jeunes, moins jeunes. Il est primordial de prendre en compte tous ces différents critères dans vos pronostics.

Certains l’oublient mais la morphologie des joueurs a un rôle prépondérant dans le cadre de vos pronostics.

Les joueurs de grande taille comme John Isner (2,08m)  peuvent gagner des matchs avec des grosses premières balles sur des surfaces dures mais ce type de joueur va se retrouver en difficulté contre des attaquants-défenseurs , de qualité  de taille moyenne sur des surfaces moins rapides.

Vous pourrez le constater d’ailleurs par vous-mêmes,

les N°1 mondiaux  de ces vingt dernières années (Federer-Nadal-Djokovic-Roddick-Kuerten-Rafter-Rios-Agassi-Sampras-Rios-Mac Enroe-Borg-Connors) sont tous de taille moyenne proche des 1m85.

Les meilleurs joueurs dépassent rarement les 1m90/1m95.

Andy Murray et Boris Becker font figures d’exceptions avec des tailles avoisinant les 1m90.(1m91 pour le premier et 1m90 pour le second)

Vous devrez toujours prendre en compte la morphologie du joueur que vous comptez parier et surtout prendre en compte celle de l’adversaire et la comparer.

Vous pouvez avoir accès aux statistiques détaillées des joueurs ATP sur notre site à cette adresse : https://leblogdutennis.fr/les-statistiques-des-joueurs-atp/

  • Les différentes catégories de joueurs

J’ai essayé de vous répartir les joueurs en 3 catégories.

-les serveurs-volleyeurs : il s’agit des joueurs disposant d’une rapide première balle qui se précipitent à la volée cherchant généralement à finir rapidement le point. Ces joueurs ont en général certaines lacunes dans leur jeu de tennis, ils ont souvent du mal à tenir l’échange. (quelques exemples: Muller-Karlovic-Mahut)

-les attaquants-défenseurs : il s’agit des joueurs disposant globalement de l’ensemble des qualités nécessaires au plus haut niveau, ils peuvent attaquer, défendre, ces joueurs vont jouer plutôt fond de cour et vont lancer leur attaque à la moindre opportunité donné par le joueur adverse. (exemple : Nadal, Djokovic, Murray). Les meilleurs joueurs du circuit sont en général des attaquants-défenseurs.

-les défenseurs : il s’agit des joueurs qui n’ont pas de coups percutants, ils ne vont pas spécialement attaquer, mais plutôt renvoyer des longs échanges en cherchant la faute directe de l’adversaire. (exemple : Simon, Goffin, Carreno Busta). Cette typologie de joueur est généralement trop passive pour gagner des tournois de prestige.

Attention, les joueurs peuvent s’améliorer d’une année à l’autre ou à l’inverse, peuvent commencer à régresser.

Les plus jeunes joueurs vont avoir tendance à progresser et les joueurs en fin de carrière peuvent se retrouver moins percutants dans les échanges, moins rapides dans leur déplacement.

Exemple : A titre d’exemple, en 2015 un joueur comme Raonic était seulement un gros serveur, mais son jeu restait incomplet, il n’était pas à l’aise en revers, il avait beaucoup de mal à retourner correctement sur des gros serveurs. Le joueur a travaillé pour remédier à ses lacunes et en l’espace d’une année, c’est devenu un joueur très complet.

  • Les types de surfaces

Je ne vais peut-être rien apprendre aux pronostiqueurs et parieurs confirmés, mais pour les autres sachez que les différentes surfaces changent du tout au tout d’une surface à l’autre.

Je vais donc m’adresser aux non pratiquants.

Il existe 3 types de surfaces :

-la terre battue (clay)

-le dur (hard)

-le gazon (grass)

La terre battue est la surface la plus lente, et le gazon est la surface la plus rapide.

Les rebonds sont plus bas sur le gazon et plus élevés sur le dur.

Sachez qu’un joueur X peut battre un joueur Y sur terre battue. Et ce même joueur Y pourra vaincre le joueur X sur dur.

En général, il faut savoir que les joueurs sont toujours plus forts sur les surfaces auxquels ils ont évolués pendant leur jeunesse.

Bien que les joueurs du circuit ATP sont amenés à jouer sur la totalité des trois surfaces, il est facile de remarquer qu’un grand nombre d’entre eux s’investissent principalement sur les surfaces où ils savent qu’ils peuvent performer et vont délaisser la surface où ils sont le moins à l’aise.

Sans faire de généralité, vous pourrez remarquer  que les espagnols, les argentins sont en général plus à l’aise sur Terre battue.

Les américains, les australiens sont eux plutôt avantagés sur des surfaces dures.

Abordons maintenant la spécificité des surfaces.

Attention, outres les différents types de surfaces, toutes les surfaces ne sont pas identiques.

Certaines surfaces dures sont plus rapides que d’autres et vont par exemple avantager les gros serveurs ou les serveurs volleyeurs.

Il est important de savoir comment les joueurs jugent la surface à l’entame des tournois, les surfaces peuvent également changer d’une année à l’autre, le premier tour peut permettre parfois de se faire une idée sur la surface notamment si celle-ci a été refaite.

Les surfaces dures en indoor (greenset-parquet) vont être souvent plus rapides que des surfaces dures outdoor.

Il est connu que l’US open est une surface dure plus rapide que la surface dure de l’open d’Australie.

Sur 2016, j’ai appris par exemple que la terre battue de Rolland Garros était la même que celle utilisée à Madrid, Rome et Monte-Carlo, il s’agissait du même prestataire en charge de ces surfaces cette année.

Vous pourriez penser que le jeu et le flottement de balle a été similaire  sur ces trois tournois.

Détrompez-vous, vous devez savoir que Madrid est situé en altitude à 650 mètres. Bien que l’altitude soit minime, la balle flotte davantage dans l’air ce qui désavantage les gros serveurs s’appuyant sur leur première balle.

Autre point également qui pourrait vous servir,

il n’est jamais évident de passer d’une surface à l’autre.

Si un joueur  a passé une quinzaine à jouer sur du gazon et doit enchaîner avec un tournoi en en dur contre un joueur qualifié et motivé.

C’est assez fréquent que le joueur favori perde la rencontre. Il n’aura pas eu le temps de se préparer et de s’entraîner sur cette nouvelle surface.

Si vous n’avez jamais fait de tennis, faites-vous même l’essai sur ces terrains, vous constaterez par vous-mêmes les différences entre les surfaces.

  • L’enjeu des tournois / Dotation / Motivation

Beaucoup l’oublient mais les joueurs se donnent des objectifs en début de saison et choisissent leur tournoi en fonction des points à défendre au classement et des dotations des tournois.

Le système de point est plutôt simple. Les joueurs ont cumulé des points l’année précédente en fonction de leur résultat (Victoire, Finale, Demi-finale…). Les joueurs doivent au moins faire aussi bien que l’année précédente. A défaut, les joueurs se voient retirer des points d’où la notion de points à défendre. Les joueurs vont en général donné de l’importance aux tournois sur lesquels ils ont performés l’année précédente. Nous vous invitons donc systématiquement avant toute prise de pari à vérifier le tableau de l’année précédente.

 

ATP 250 ATP 500 ATP 1000 Grand Chelem
Victoire 250 500 1000 2000
Finale 150 300 600 1200
Demi-finale 90 180 360 720
1/04 45 90 180 360
1/08 20 45 90 180
1/16 10 20 45 90
1/32 0 0 25 45
1er tour 0 0 10 10
Qualifications 12 20 25 25

Attention en revanche de ne pas prendre systématiquement le système de point à la lettre pour faire vos paris.

Concernant maintenant les dotations des tournois,

A titre de comparaison, prenons par exemple deux tournois qui se sont enchainés sur 2016, à savoir les tournois de Wimbledon (grand chelem) et tournoi ATP500 de Hambourg :

Dotation de Wimbledon en simple dames et messieurs (2016)
Rang Gains en livres anglaises Gains en euros
Source : Site officiel de Wimbledon
Vainqueur 2 000 000 2 580 000
Finaliste 1 000 000 1 290 000
Demi-finaliste 500 000 645 000
Quart de finaliste 250 000 322 000
Huitième de finaliste 132 000 170 000
Troisième tour 80 000 103 000
Deuxième tour 50 000 64 500
Premier tour 30 000 39 000

 

Dotation de Hambourg en simple  (2016)
Tour Prime Points
Victoire 272 300 € 500
Finale 124 160 € 300
1/2 finale 57 840 € 180
1/4 de finale 27 605 € 90
1/8 de finale 13 430 € 45
2e tour 7 160 € 20
1er tour 4 165 € 0

Dans l’exemple énoncé, vous pouvez facilement constater la différence des dotations entre ces deux tournois.

Je vous invite par ailleurs à visiter notre page consacrée au calendrier ATP : https://leblogdutennis.fr/calendrier-atp/

Vous pourrez prendre connaissance des dotations de l’ensemble des tournois du circuit ATP.

Il n’y a nul doute, les grands chelems et les masters 1000 sont toujours plus rémunérateurs ce qui justifie pourquoi les tournois du grand Chelem et masters 1000 seront toujours privilégiés par les joueurs au détriment des ATP 250 ou ATP 500.

En conséquence, il est très fréquent que les joueurs ne jouent pas à fond des tournois ATP250 ou APT500 précédents des tournois du grand chelem.

Ils vont peut-être passer les premiers tours et laisser passer le tournoi pour préparer leur prochain tournoi plus important (ex : ATP 1000).

Ils peuvent également perdre le match au 1er tour. Le joueur va jouer le match mais n’ayant pas la motivation nécessaire, il va perdre le match contre un joueur moins bien classé qui lui a envie d’aller plus loin dans ce tournoi.

Après au-delà des dotations, les joueurs ne peuvent pas jouer tous les tournois du circuit, physiquement d’abord ils ne pourraient pas le faire, c’est pourquoi ils ont tendance à choisir les tournois en fonctions des points qu’ils ont des points à défendre sur ce tournoi et les critères propres qui leur incombent (infrastructure du tournoi – dotations du tournoi etc…)

Si un tournoi tient coeur à un joueur, ce tournoi fera parti de ses objectifs principaux.

Prenons l’exemple de Djokovic sur 2016, il était détenteur des trois grands chelem (Open d’Australie-Wimbledon-Us Open), seul le 4ème grand chelem de Roland-Garros manquait à son palmarès.

Bien qu’il était dans une forme moindre pendant la quinzaine de Roland-Garros, il est parvenu à trouver la force et la motivation nécessaire pour battre Murray en finale, son souhait de figurer dans l’histoire en devenant le 8ème joueur au monde a certainement contribué à sa victoire.

Autre exemple, un joueur qui vient de gagner un tournoi ou de participer à une finale de tournoi, si le joueur est expérimenté, il n’aura pas forcément la motivation suffisante pour jouer 2 jours plus tard sur un autre tournoi surtout quand celui-ci est beaucoup moins intéressant que le précédent.

Le joueur se rendra sur le tournoi pour tenir ses engagements vis à vis des organisateurs, et bien souvent il perdra rapidement au 1er ou 2ème tour.

Cela vaut principalement pour les joueurs expérimentés qui sont sur le circuit depuis plusieurs années. Les jeunes joueurs arrivés récemment sur le circuit ATP auront et pourront plus facilement enchaîner les tounois.

Outre les dotations et les points pour le classement, vous l’aurez compris, la motivation est vraiment déterminante pour pronostiquer.

Les joueurs sont des êtres humains, ils peuvent également être contrariés par des aléas de la vie sur le plan personnel qui peuvent influencer en bien ou en mal sur leur propre jeu (voir plus bas l’importance des réseaux sociaux).

Une tendance vérifiée, vous remarquerez que les joueurs sont toujours motivés à 100% quand il s’agit de jouer à domicile. C’est encore le cas aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces lignes, Dimitrov vient de remporter l’ATP de Sofia (Bulgarie).

  • Les joueurs à domicile

Ils peuvent être conviés aux tournois sur green card (invitation) ou se qualifier.

Sachez que les joueurs à domicile sont capables de réaliser l’impossible avec le soutien du public, c’est assez fréquent que des joueurs à domicile de classement moindre  sortent des têtes de séries avec des classements bien meilleurs.

A contrario, certains joueurs peuvent parfois être stressés à jouer à domicile et peuvent rencontrer des difficultés.

Interrogez-vous si les joueurs à domicile sont programmés ou non sur les courts centraux.

Attention tous les publics ne se valent pas également, vous devez être capable d’estimer quels sont les pays et les courts centraux où les publics peuvent avoir un réel impact sur les joueurs nationaux jouant à Domicile.

Si nous faisons par exemple, la comparaison entre Roland Garros et Wimbledon.  Wimbledon est un tournoi chic où l’ambiance est plutôt calme (pas de cris des tribunes …) Roland Garros est également un tournoi du grand chelem mais l’ambiance n’a rien à voir. La foule est beaucoup plus agitée, il est fréquent de voir des joueurs attendre de servir car ils sont dérangés par le public.

J’ai un exemple marquant en WTA où j’ai le souvenir d’un match de Madison Keys, joueuse américaine devant son public du WTA Us Open, qui a été sifflé par son public dès l’entame de match après quelques mauvais échanges de sa part.

Au lieu de faire abstraction de ces quelques supporters, la joueuse a exprimé son mécontentement au public New-Yorkais.

La joueuse prise à parti contre son propre public, a finalement balancée volontairement son match pour finalement perdre alors que son adversaire était totalement à sa portée.

Ceci démontre qu’il est important de connaître l’historique du joueur pour savoir comment il peut réagir devant son public. Tous les joueurs ne sont pas des cadors à domicile. A vous de vérifier ses tournois précédents à domicile.

Si vous souhaitez améliorer votre ROI, je vous conseille vivement de vous intéresser à tous ces matchs avec des joueurs à domicile.

  • La météo

La météo est également un aléas qui peut être déterminant.

Pensez que sur des matchs du grand chelem comme l’Open d’Australie ou l’US Open, la période de l’année où sont joués ces tournois font que les températures sont relativement élevées ce qui peut poser problème à des joueurs qui ont des difficultés à jouer avec des grosses chaleurs.

Les joueurs espagnols, américains, sud-américains ont généralement tendance à mieux supporter les grosses chaleurs.

Outre la température, le vent peut également être un gros handicap pour les gros serveurs.

La pluie peut également interrompre des matchs (outdoor), et les scénarios peuvent totalement s’inverser à la reprise.

Les gros serveurs, les joueurs plus âgés vont être avantagés car ils pourront récupérer (exemple : Karlovic-Raonic-Muller).

Les joueurs qui ont dû mal assez régulièrement à rentrer rapidement dans leur match vont être plutôt désavantagés (exemple : Goffin-Monfils)

  • Le décalage horaire

Le décalage horaire est épuisant, on peut facilement s’en rendre compte quand on voyage à l’étranger.

Le décalage horaire est un variable à prendre en compte pour les débuts de tournoi notamment.

Mettez-vous une minute dans la peau des joueurs, lorsque vous finissez en finale d’un tournoi en Amérique du sud et que le surlendemain vous devez jouer en Europe. Vous n’avez pas forcément bien dormi dans l’avion, une fois arrivé à votre destination, vous avez du mal à vous adapter à l’horaire locale, vous avez peut-être des contraintes (séances photos, interview…) qui vous empêchent de récupérer correctement.

 

  • L’horaire des matchs

Certains joueurs sont plus de l’après-midi ou du soir, intégrer également l’heure du match dans la prise de vos décisions.

Exemple : un match tardif sur un tournoi de type ATP 250  où l’après-midi a déjà été perturbée par la pluie. Les joueurs avec des palmarès importants n’auront peut-être pas forcément l’envie de perdurer sur le tournoi. Si vous ajouter à cela, des infrastructures limités, les joueurs ne vont avoir aucun remord à délaisser le tournoi pour commencer à se préparer à un tournoi plus intéressant.

 

  • La fatigue

La fatigue est un autre élément qui doit toujours être pris en compte.

Un joueur qui a enchaîné les tournois sur les trois dernières semaines et un joueur qui s’est reposé pour aborder un tournoi dans de bonnes conditions n’arriveront pas avec la même fraîcheur sur le tournoi.

N’hésitez pas à prendre en compte le temps de jeu, les joueurs précédents joués, les éventuelles interruptions qui ont éventuellement obligés un joueur à reprendre le match plusieurs fois. Tous ces aléas doivent être pris en compte.

 

  • L’importance des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont un autre moyen  pour les pronostiqueurs de récupérer de l’information

Par l’intermédiaire des réseaux sociaux, vous pourrez avoir connaissance d’informations très précieuses qui pourront vous aider dans la prise de décision.

Suivez les joueurs sur Facebook, Instagram, Twitter,  vous aurez accès à des éléments de leur vie qui pourront interagir avec leur tennis. C’est à vous d’être en veille sur les réseaux sociaux et de savoir identifier qu’est-ce qui peut avoir un impact sur la vie du joueur. Vous vous doutez bien qu’une rupture amoureuse, un mariage, la naissance d’un nouveau-né, un fait médiatique négatif du joueur repris sur les réseaux sociaux aura forcément un impact psychologique sur le joueur.

Je ne vais pas mettre volontairement les noms des joueurs, mais par exemple par l’intermédiaire de Twitter, j’ai pu apprendre qu’un joueur  se plaignait de son vol d’avion raté, vous savez ainsi que le joueur va arriver en retard pour son prochain tournoi, en conséquence il ne sera pas en condition optimum pour aborder le prochain tournoi ou encore dernièrement une joueuse  a profité d’un tournoi pour y faire du business dans ce pays. Autre exemple, un autre joueur américain se plaignait de son épaule à la veille d’un match. Dernier exemple en date, un autre joueur européen avait fait une soirée arrosée la veille d’un match de grand chelem.

Bref, avec tous ces exemples, vous comprendrez qu’il est fort recommandé de suivre l’intégralité des joueurs sur les réseaux sociaux. Bien que tous les joueurs ne publient pas des épisodes de leur vie au quotidien, en les suivant tous, vous obtiendrez forcément de l’information qui aura un impact sur leur tennis. (date  d’arrivée dans un pays – entraînement – sparring partner)

  •  L’expérience

Dans des phases finales, les joueurs expérimentés seront toujours avantagés par rapport à des joueurs non inexpérimentés, ils vont savoir mieux gérer les enjeux, la pression du match. Un joueur ayant un parcours chevronné avec plusieurs finales et titres au compteur abordera une finale toujours plus sereinement qu’un joueur plus novice jouant sa première finale.

  • L’ascendant psychologique

Un joueur qui a battu à maintes reprises un même joueur a forcément un ascendant psychologique sur le joueur. En général ce même joueur l’emportera une nouvelle fois.

Attention toutefois,  ce n’est pas parce qu’un joueur X a battu plusieurs fois l’année précédente ou trois ans auparavant un joueur Y, que le joueur X va forcément gagner une nouvelle fois.

Il ne faut pas se baser uniquement sur le joueur X, il faut intégrer le joueur Y dans sa prise de décision, vérifier sa progression et sa forme du moment.

 

Pour conclure, nous vous rappelons qu’ il est difficile de classer toutes ces rubriques par importance, c’est la prise en compte de tous ces critères qui vous permettront d’éviter de tomber dans les pièges du circuit ATP.

 

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques via notre page de contact (https://leblogdutennis.fr/nous-contacter/)